Méconnues du grand public, alors qu’elles sont ouvertes à tous, les Archives nationales recèlent les plus précieux trésors de notre Histoire. Des documents inestimables recueillis depuis le Moyen Age.

C’est Philippe le Bel qui décide de conserver les archives royales dans un lieu protégé. En l’occurrence, le donjon du Palais Royal situé alors à la place de l’actuel Palais de justice, dans l’île de la Cité. Les révolutionnaires de 1789 auront l’intelligence de les épargner. Sous Napoléon Ier, elles sont situées dans le Marais, à l’Hôtel de Soubise.

Deux autres sites, dans la forêt de Fontainebleau et à Pierrefitte-sur-Seine, renferment aujourd’hui 600 kilomètres de pièces uniques qui racontent la grande comme la petite Histoire de France.

On y trouve par exemple la dernière lettre de Jeanne d’Arc et de Marie-Antoinette avant leur exécution, les interrogatoires en 1307 de 138 Templiers avant leur procès, des lettres de dénonciation de juifs sous l’Occupation, des secrets d’Etat, l’original des lois constitutionnelles comme de simples déclarations d’amour.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote