DR
DR

Gérald Darmanin aurait voulu montrer ses muscles, il ne s’y serait pas pris autrement. Après que la CEDH a refusé de s’opposer à l’expulsion de l’imam Hassan Iquioussen, c’est finalement le Tribunal administratif de Paris qui a suspendu la procédure, en ce qu’elle porterait une atteinte disproportionnée à sa vie privée et familiale.

Le ministre de l’intérieur a donc décidé de faire appel devant le Conseil d’État. Ce faisant, il a déjà gagné. Car seules deux possibilités sont ouvertes désormais : soit le Conseil valide l’expulsion, et c’est une victoire du ministre Darmanin, soit le Conseil invalide, et dans ce cas c’est une victoire pour le politicien Darmanin, qui ne cesse depuis quelques jours de clamer qu’il faut absolument modifier le cadre législatif entourant les expulsions.

Quoi qu’il en soit, ce qui se joue en fond de scène de cette dramaturgie pas si anecdotique, c’est tout simplement la possibilité – ou non – pour la France – et donc pour les Français – de décider qui peut ou ne peut pas rester sur le sol national. Vous avouerez que c’est un enjeu qui mérite qu’on s’y penche…

Print Friendly, PDF & Email