DR
DR

L’Autriche et la Pologne ont accepté d’envoyer des policiers pour aider leurs collègues de Grèce à tenir la frontière gréco-turque contre l’afflux de dizaines de milliers de migrants incités par Ankara à franchir la frontière pour entrer dans l’Union européenne.

Des sources ont déclaré lundi que la Pologne a déjà accepté d’envoyer 100 policiers dans la région frontalière d’Evros, au nord-est de la Grèce, et qu’elle est prête à en envoyer d’autres si Athènes le demande. Un accord similaire a également été conclu avec le gouvernement autrichien, avec 13 officiers des forces spéciales de police qui devraient arriver à Evros dans les prochains jours.

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, quant à lui, doit s’entretenir mardi à Vienne avec le chancelier autrichien Sebastian Kurz, qui cherche à obtenir le soutien des dirigeants de l’Union européenne. Il était à Berlin lundi, où il s’est entretenu avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Chypre a également envoyé une assistance sous la forme de 22 officiers de police, tandis que l’agence européenne pour la gestion des frontières, Frontex, supervisera une force de 100 gardes-frontières provenant de différents États membres.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 5 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote