Shutterstock
Shutterstock

L’État français condamné par la justice administrative à payer 500 euros à Salah Abdeslam, unique survivant des commandos terroristes du 13 novembre 2015, pour les conditions de sa surveillance en prison… Symbolique, la nouvelle est révélée dans le livre de la journaliste de L’Obs Elsa Vigoureux, Le Journal de Frank Berton (Flammarion).

Le tribunal administratif de Versailles a considéré que les conditions de surveillance de l’unique survivant des commandos du 13 novembre 2015 n’étaient pas légales.

Quant à Salah Abdeslam, qui lors d’un premier procès à Bruxelles en 2018 a montré sa pugnacité et proclamé son attachement à la cause djihadiste, il a indiqué qu’il refusait de toucher les 500 euros.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote