Shutterstock
Shutterstock

La censure qui devient évidente – et assez univoque – sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter est opérée en réalité par des petites mains. Ce sont bien des employés qui décident, supposément selon un cahier des charges interne précis, de fermer ou bannir tel ou tel compte. Ces mêmes employés ont bien évidemment des chefs de service, de groupe, qui sont censés veiller à la bonne application des recommandations de l’entreprise dans ce domaine.

Néanmoins, des bannissements inexpliqués et jamais motivés (comme celui de La Lettre Patriote sur Twitter) ou motivés par un tweet humoristique (comme dans le cas d’Emmanuelle Ménard bannie de Twitter pour une blague concernant Greta Thunbergh et regrettant l’abandon de la fessée !) sont de plus en plus nombreux. On pouvait instinctivement y voir la main de l’entreprise elle-même, mais un événement récent intervenu aux États-Unis jette une nouvelle lumière sur ces désagréments.

En effet, deux employés de Twitter ont été inculpés outre-Atlantique pour espionnage au profit de l’Arabie Saoudite.

« Ces agents saoudiens ont fouillé dans les systèmes internes de Twitter pour obtenir des informations personnelles sur des opposants au régime saoudien et des milliers d’autres utilisateurs » a déclaré dans un communiqué le procureur fédéral de Californie David Anderson.

Pour mener à bien leurs opérations, Ali Alzabarah, Saoudien de 35 ans et Ahmad Abouammo, Américain de 41 ans ont profité de leur statut d’employés de Twitter. Ainsi, ils ont pu se procurer les numéros de téléphone, les adresses mail ou IP de tous les comptes qu’ils souhaitaient, ainsi que les dates de naissance des propriétaires des comptes !

Et tout ceci aux États-Unis, pays d’origine de Twitter ! Imaginez alors ce qui peut se passer dans un bureau français, à des lieues d’un quelconque contrôle américain !

Les réseaux islamistes sont infiltrés partout, et surtout dans les emplois « subalternes » qui peuvent avoir une incidence majeure sur le fonctionnement d’une entreprise ou d’une institution. Imaginez les dégâts que peut occasionner un islamiste responsable de réseau informatique à la préfecture de police ! Imaginez ce que peut occasionner comme dégâts un réseau islamiste implanté au coeur de la machine de nos réseaux sociaux ! Ils ont ainsi même accès au positionnement géographique des utilisateurs militaires, policiers, etc.

Nous courons à la catastrophe, et rien n’est fait pour arrêter la course.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote