DR
DR

Lorsque les événements ont commencé à la mi-novembre, personne n’avait imaginé que les manifestants arborant le fameux gilet allaient se retrouver face à des armes. Des armes officiellement non-létales, mais qui peuvent tout de même détruire des vies…

La situation est devenue si catastrophique, que le Défenseur des droits (Jacques Toubon) a demandé jeudi la suspension du recours aux lanceurs de balles de défense (LBD), explicitement en raison de la dangerosité de ces armes.

Gilets jaunes qui perdent un oeil, qui ont la mâchoire fracassée, qui se retrouvent dans le coma… L’accumulation de blessures graves, causées notamment par les lanceurs de balles de défense (LBD) utilisés lors des manifestations, nourrit la colère contre le gouvernement et la police.

Afin que nos lecteurs comprennent la réalité de la violence de ces armes, nous les invitons à regarder la vidéo ci-dessous.

La CEDH avait rejeté à la mi-décembre une requête de manifestants touchés par des tirs de LBD qui lui demandaient d’en interdire l’utilisation en France. Elle avait expliqué ne « faire droit » aux « demandes de mesures provisoires qu’à titre exceptionnel, lorsque les requérants seraient exposés, en l’absence de telles mesures, à un risque réel de dommages irréparables ».

Samedi, Olivier Béziade, un pompier volontaire girondin père de trois enfants, a été atteint à la tempe. Il est depuis hospitalisé, inconscient, après avoir été opéré d’une hémorragie cérébrale.

Selon une source policière, au moins 5 personnes ont été gravement blessées pour le seul samedi dernier, “vraisemblablement” victimes de LBD. Le gouvernement déplore depuis la mi-novembre près de 2.000 blessés côtés manifestants. Des sources s’alarment de “mutilations en série” inédites à ce rythme depuis des décennies en France.

Le collectif militant “Désarmons-les” et le journaliste indépendant David Dufresne ont ainsi recensé près d’une centaine de blessés graves, en grande majorité par des tirs de LBD, dont une quinzaine qui ont perdu un œil.

Un policier syndicaliste intervenant à la télévision ce jeudi soir expliquait “Ecoutez, ces armes sont quand même préférables aux armes létales”.

Forcément… vu comme ça…