Philippe Murer, économiste, revient sur la présentation par la CGT d’un «plan B» en dix propositions visant à assurer l’avenir de General Electric en France, où 1 050 suppressions d’emplois ont été annoncées, dont 800 à Belfort. Il estime que la France n’aurait jamais dû laisser GE racheter la branche énergie d’Alstom.

Il rappelle qu’en novembre 2014, Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie, avait « donné le bon d’achat à General Electric ».

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote